Parc Foncin

 

Les jardins de villes apparaissent au moment où l’urbanisation s’accélère dans les capitales européennes.

 

 

Dans les parcs privés des maisons bourgeoises, on trouve des essences d’arbres rares  (comme le sequoia), des parterres de fleurs (rosiers, …), des allées, des murets, parfois des jets d’eau etc.

 

 

Même lorsqu’il ne dépasse pas 100 m², le jardin de ville fait l’objet d’une recherche esthétique poussée. Afin de dissimuler la vue, son périmètre est entouré de murs et masqué par des arbustes.

 

 

Le parc de la maison Foncin n’échappait pas à cette règle. Il compte d’ailleurs encore aujourd’hui trois arbres remarquables :

 

-          Séquoia géant : 27 mètres de haut pour une circonférence de 650 cm

 

-          Tilleul argenté : 11 mètres de haut pour une circonférence de 463 cm

 

-          Hêtre pourpre : 26 mètres de haut pour une circonférence de 343 cm

 

 

 

A l’époque de sa construction, le parc était beaucoup plus vaste qu’aujourd’hui, s’étendant des abords directs de la rue du Bon – Dieu – Gilles jusqu’à la rue Octave Foncin. Un mur en pierre sèche enserrait tout le parc.

 

 

La bâtisse a été construite en 1891 comme l’indique le millésime sur la façade. De plus, des documents conservés dans les archives communales et datés de cette année 1891 attestent qu’Octave Foncin fait sa demande pour construire la maison avec dépendances, parc privé et le mur de clôture à cette même époque.

 

 

 

 

Les artistes :

 

Alexandre Forceille, Herman Luyckfassel, Michaël Sampont, Pitch.

Entrées :

 

Avenue Bouvier

Rue Octave Foncin

Rue du Bon - Dieu - Gilles

6760 Virton


Organisation générale et coordination : Frédéric Gribaumont et Timothée Bailleux

Conception graphique : Louise Charlier / MTG Virton

Éditeur responsable : Nathalie Van de Woestyne - Présidente de la Commission culturelle de la Ville de Virton