Ferme de Bar

 

 

 

La ferme est lovée au creux de la vallée, isolée dans un repli du plateau gaumais. Le bâtiment se détache à la limite entre des bois de feuillus et des champs.

Son nom rappelle que cette terre fut jadis une possession du Comté de Bar, par les mariages et autres actes passés avec les Comtes de Chiny. Mais si l’histoire des bois de Bar remonte au Moyen Age, celle de la ferme est beaucoup plus récente.

En effet, c’est en 1845 que Joseph-Augustin Fizaine et Paul-Augustin Seven tous deux originaires d’Ethe, entrent en possession de 40 hectares de forêt. Ils s’empressent de défricher pour y construire, dès 1846, un corps de ferme à cour ouverte, dont les deux bâtiments sont disposés en équerre. Le pigeonnier porte d’ailleurs le millésime de 1846.

 

Les fermes de ce type répondent à  trois fonctions :

-          Celle d’habitation

-          Celle de stockage de céréales

-          Celle de stabulation du bétail

Tous les bâtiments regroupant ces éléments se répartissent autour de la cour. A Bar comme ailleurs, d’autres bâtiments comme chartils, greniers, pigeonnier, porcherie, forge, lavoir et laiterie complètent l’ensemble.

Des générations de fermiers se succéderont bientôt sur le site. Notons, après Joseph-Augustin Fizaine, Jean-Joseph-Désiré Mollet et Victorine Benoît, Léopold Joris et Mélanie Badoux, Adelin Closset, Joseph Halbardier, Jules Vermeersch.

En 1920, Jules-Félicien Balon et son épouse acquièrent la ferme pour l’exploiter personnellement. Avec eux, c’est une grande partie de l’histoire de Bar qui s’écrit.

 

En 1947, le corps de ferme est divisé en trois pour les besoins de l’héritage. Trois familles y vivent alors.

En 1947 toujours, la porcherie est incendiée. Elle sera reconstruite et transformée en maison d’habitation. De même, en 1957, la forge est également transformée en maison.

 

Lorsque les époux Balon-Jacob décèdent en 1965 et 1969, un partage judiciaire laborieux va morceler le domaine. L’acte officiel est signé le 04 avril 1975 au café « La Sapinière » à Croix – Rouge. Les quatre signatures des héritiers apposées au bas du document sont lourdes de conséquences car dès cet instant, si la ferme de Bar conserve malgré tout son nom, elle vient de perdre son unité.

 

 

Aujourd’hui, la ferme résonne d’un son différent. Le Collectif Ferme de Bar, orchestré par Francky Depuydt, fait vivre une partie des bâtiments au rythme de concerts, expositions, conférences et autres activités festives.

 

Les autres bâtiments sont toujours occupés par une exploitation agricole.

Les artistes :

 

Massimon Mohy

Palix

Philippe Shyirambere 

Bruno Tillière

Adresse :

 

Rue de Bar

6760 Ethe