Franca Ravet

Pris dans le tourbillon de nos vies contemporaines, dans un monde noyé comme jamais par les images, l’apparence innerve notre existence.

 

Cette apparence, il y a mille façons de l’explorer et de la comprendre. Franca Ravet choisit la dualité, une sorte de dédoublement. L’être et le paraître contés à partir du même foyer.

 

Rien d’abyssal entre les deux, mais plutôt une superposition, un croisement. L’ombre et le jour, la transparence et l’opacité, le dedans et le dehors, le creux et le plein, la réalité et la non-réalité, deux facettes d’une même personne, deux versants d’un même travail où sourd une éternelle question.

Simulacre ou vérité, étant ou être ? Une non-réalité que l’artiste rend néanmoins tangible.

 

Quelque muette qu’elle soit. Nous avons tous une apparence qui n’est qu’une réalité cachée dont on ne peut tracer qu’une ombre, qu’un contour.

 

Dans ces formes anthropomorphes, dans ces apparences de profils, entre tracé et gravure, l’énigme est maintenue.

 

Les teintes sont discrètes. La palette se partage entre noir, blanc, gris fumée et entre-gris dans ces tableaux qui vivent de leur auteur, de leur spectateur.

 

 

Extrait d’un texte de Elisabeth Martin

 

Retrouvez l'artiste dans les Caves de l'Hôtel de Ville

 

 

 

 


Contact :

 

franca.ravet@gmail.com