Pourquoi Cuest'Art en ville ?

Pourquoi Cuest’Art en ville ?

Parce que ce projet d’art urbain s’inscrit dans la continuité de la manifestation Cuest’Art, dont la dixième édition s’est déroulée en 2021.  Il s’agit d’un développement du concept, sur les mêmes principes de qualité et de diversité.

Portée du projet.

Sur le moyen terme, l’objectif est de créer des parcours en ville visant à une valorisation du Patrimoine.  Ces parcours pourront se faire par le visiteur (autochtone ou visiteur) de manière libre, sur le principe des points nœuds.  Chaque œuvre étant le point de départ, au choix, d’un chemin vers une autre œuvre et un autre point d’intérêt régional.

Un autre objectif est la mise en lumière de l’image de ville d’art et d’artistes chère à Virton et à ses habitants. 

Cela implique la mise en valeur d’éléments existants et leurs restaurations le cas échéant, qu’il s’agisse d’œuvres situées en rues ou dans les bâtiments publics.

Des œuvres d’art (sculptures de grand format, peintures murales, céramiques, collages, graffs et autres) rythmeront le parcours et seront placées pour favoriser la mise en évidence d’éléments du Patrimoine.  Ces œuvres seront choisies en fonction de leur emplacement et en relation avec les éléments bâtis ou autres qui les entourent.  Il pourrait dès lors s’agir d’œuvres existantes acquises ou de commandes ou encore d’appels à projets.

Intégration des œuvres.

L’implantation des œuvres sera prédéfinie en fonction du Patrimoine bâti et naturel.  Nous tiendrons également compte, dans leur présentation et dans les tracés de parcours éventuels, du Patrimoine artistique existant.

Les œuvres à venir seront alors choisies ou définies en fonction des lieux d’installation.

Nous travaillons actuellement à la mise en place (avec la MTG), de circuits inspirés des points nœuds : l’usager définit lui-même son parcours en fonction de l’itinéraire qu’il souhaite parcourir, en boucle ou en ligne, en notant la succession des numéros qu’il peut suivre. Il s’agit donc d’un réseau à consommer « à la carte », contrairement à des itinéraires prédéfinis, que l’on pourrait comparer à des « menus » préétablis.

 

Motivations.

En premier lieu, l’art public permet de démocratiser l’art et la culture.
Concrètement, la promotion de l’art et de la culture dans l’espace public résulte en ces différents points :

-          Accès à l’art pour tous, sans discrimination (l’art va vers les gens et non l’inverse) ;

-          Facteur de citoyenneté, de respect de l’autre et de diffusion de pensées ;

-          Élément rassembleur, d’échanges et de réflexions ;

-          Favoriser des intérêts communs liés à l’urbanisme, à la culture, au commerce, à l’économie, au tourisme et au bien-être des riverains et autres utilisateurs.


Ensuite, il s’agit d’une dynamique complémentaire qui contribue à voir la ville autrement.  Cela permet de découvrir ou redécouvrir des espaces de vie communs et donne une autre dimension à ces lieux urbains, au-delà de la morosité du quotidien.

Il s’agit également de lier la culture, le commerce et le tourisme, dans une dynamique urbaine profitant à l’économie locale.

Enfin, le côté esthétique n’est pas négligeable et cela vise aussi à l’embellissement de la ville.

Pérenne ou éphémère

Les deux sont complémentaires.  Des œuvres doivent être mises en place et s’ancrer dans l’image de la ville, devenir des éléments phares de mise en lumière et d’identification.
D’autre part, les éléments éphémères apportent une dynamique sur un laps de temps bref (performances) ou déterminé et renouvelable.

Dans ces dernières interventions, nous visons notamment le collage urbain, l’art végétal, la vannerie contemporaine…  Ces formes douces, dynamiques et contemporaines d’art permet une grande facilité et maniabilité de mise en place.  Leurs installations restent limitées dans le temps, sont réversibles et ne laissent aucune trace.
Nous désirons amener cette forme d’art en ville, renouvelable et en amorce du projet de plus grande ampleur à mener ces prochaines années.

 

L’art pérenne demande des moyens complémentaires et une réflexion approfondie de son intégration dans l’espace et de l’aménagement du territoire.
Actuellement, plusieurs projets sont déjà en cours ou en réflexion.  Si certains sont décidés et financés, d’autres demandent encore une évolution positive.  D’autres à venir murissent.


 


Organisation générale et coordination : Frédéric Gribaumont

Conception graphique : Louise Charlier / MTG Virton

Éditeur responsable : Nathalie Van de Woestyne - Présidente de la Commission culturelle de la Ville de Virton